Réinstallation de la dalle funéraire de Marguerite Bouhier

Au cœur de la chapelle Sainte-Croix de Jérusalem, un ensemble de vestiges témoigne de la vocation funéraire de l’édifice. Suite à sa restauration, l’une des dalles funéraires est réinstallée dans la chapelle en ce mois de novembre 2023.

L’ensemble de la Chapelle Sainte-Croix de Jérusalem a été restaurée en amont de l’ouverture de la Cité internationale de la gastronomie et du vin. L’une des œuvres, la dalle funéraire de Marguerite Bouhier nécessitait des opérations complémentaires afin d’aboutir à une restauration complète : un réseau de fissures devait être consolidé et la construction d’un châssis adapté devait permettre une réinstallation stable.

Fermeture de la Chapelle Sainte-Croix de Jérusalem, du 13 au 16 novembre

Suite à la finalisation des travaux en atelier, le restaurateur Nicolas Imbert procédera à la pose de la dalle du 13 au 16 novembre. La chapelle sera à nouveau ouverte à partir de vendredi 17 novembre.

Une dalle funéraire datée de 1567

La dalle funéraire de Marguerite Bouhier

Sur cette dalle funéraire, classée monument historique depuis 1891, est représentée l’effigie de la défunte, Marguerite Bouhier, épouse d’Antoine de Vandenesse (fils de Chrétien de Vandenesse, contrôleur au grenier à sel de Nuits en 1507). Elle y est figurée les mains jointes, d’où jaillit un phylactère. Elle est entourée d’armoiries aux quatre angles, une épitaphe en lettres gothiques se déploye sur le tout le pourtour.

L’épitaphe en lettres gothiques est associée avec une date en chiffres arabes :
« Cy dessous gît le corps de feu dame Marguerite Bouhier : elle viva(n)t femme d’honorable homme Anthoine de Vandenesse bourgeois de Dijon laquelle trespassa le 5e de novembre 1567. Dieu ayt son âme ».

Processus de restauration de la dalle funéraire… en images !

Revenir en haut de page