Aux petits soins des œuvres du Jardin de l’Arquebuse

Depuis la mi-septembre, la société ARCAMS* se charge du nettoyage des sculptures du Jardin de l’Arquebuse, suite à une commande lancée par la ville.

 

Le 1er septembre 2021, la première réunion entre la ville et les restaurateurs de la société ARCAMS marquait le démarrage de ce vaste chantier concernant onze sculptures du jardin. Leur état de conservation était en effet caractéristique de la statuaire de plein air : surface recouverte de micro-organismes (algues, lichens et mousses), croûtes noires dues à la pollution atmosphérique, tags et graffitis plus ou moins récents.

 

L’objectif de l’intervention est de procéder à l’entretien et au nettoyage des sculptures tout en leur redonnant une meilleure visibilité. Cette commande est assortie d’une réelle particularité. En effet, le Jardin botanique de l'Arquebuse bénéficie depuis 2014 du label Eco-Jardin. Dans un souci de gestion écologique du site et dans le respect du label, l'usage de produit phytosanitaire, de type biocide, ne peut être autorisé. Morgan Hubert de la société ARCAMS précise : "Il s'agit d'une demande assez peu fréquente en réalité, car en ce qui nous concerne nous sommes beaucoup plus soumis aux impératifs et normes des Monuments Historiques qu'aux contraintes écologiques liées à l'environnement. Toutefois, d'une manière générale, nous avons pu constater un mouvement ces dernières années qui nous pousse à utiliser des produits beaucoup moins nocifs qu'auparavant et surtout de manière plus sécure pour les opérateurs (solvants en gel pour éviter les émanations par exemple)". 

 

La société ARCAMS relève ce défi en proposant un nettoyage à l’eau ou mécanique. Pour la majorité des œuvres du Jardin, ces opérations s’avèrent suffisantes. Deux œuvres nécessiteront des interventions complémentaires : La Nymphe sur l’île et la colonne, visible à proximité de la Grande Orangerie. Un chantier à suivre !

 

* Atelier de restauration, de conservation, de restauration, de conservation d’art mural et sculptures.

Monument à Alexis Piron

Eugène Piron

1909

 

Ce monument est un vestige d'une fontaine installée à l'origine place des Cordeliers. Le buste représentant Alexis Piron est installé au jardin de l’Arquebuse en 1951.

 

Moïse

Anonyme

1892 ou 1898

 

Le nettoyage est achevé sur cette sculpture représentant le Prophète tenant les tables de la loi, adossé au mur du fond du parc.

Hercule terrassant le lion

Anonyme

1937

 

Sur cette ronde bosse représentant Hercule aux prises avec le lion de Némée, le travail de nettoyage est en cours.

Sphynges

Anonyme

 

Cette sculpture, visible ici après son nettoyage, fait partie d'une paire.

Morgan Hubert de la société ARCAMS souligne qu'un nouveau regard se porte actuellement sur la restauration et sur l'œuvre restaurée. "En effet, on imagine toujours, dans une vision un peu spectaculaire et romantique de la profession, que la restauration est comme un sauvetage d'un monument en péril avec des traitements de choc et des résultats époustouflants. C'est parfois le cas, mais il s'agirait le plus souvent de réaliser des petites actions beaucoup moins spectaculaires mais sur le long terme, à la manière d'un agent d'entretien dédié aux œuvres et monuments : comme enlever régulièrement la mousse des statues... Moins sujet à communication, cela évite pourtant des travaux coûteux aussi bien financièrement qu'écologiquement car nous savons maintenant que ces deux notions sont imbriquées.